2021, l’année de la Responsabilité Digitale?

2021, l’année de la Responsabilité Digitale?

 

De nombreuses études (Ademe, Arcep, Green IT…) font le constat accablant des impacts sociétaux et écologiques de la consommation et de l’utilisation massive des équipements numériques. Quel sont les challenges des entreprises pour une transformation numérique et digitale?

 

 

2020, l’ANNEE PRISE DE CONSCIENCE

 

 

4 rapports sur la Sobriété numérique

 

 

Avec la publication de 4 rapports très détaillés sur l’impact sociétal et environnemental des équipements numériques et des usages digitaux en France, l’année 2020 aura marqué une prise de conscience collective mettant en lumière le concept de sobriété numérique et digitale

 

De la production des équipements numériques (fabrication des smartphones, ordinateurs, objets connectés, TV, serveurs…) aux usages digitaux (streaming vidéos, mails, DATA, IA, serveurs, cloud, 5G …), ces rapports envisagent de nombreuses pistes pour réduire l’impact environnemental et sociétal des biens numériques et services digitaux pour atteindre la sobriété dans les décennies à venir. Leurs objectifs? 

 

      • Fixer des lignes de conduite pour atteindre la sobriété numérique et digitale
      • Engager les acteurs (économique, privé, public, consommateurs) pour réduire l’impact environnemental et sociétal des équipements numériques et de leurs utilisations
      • Mobiliser le potentiel du numérique au service de la transition écologique et solidaire

 

 

Conseil National du Numérique, Autorité de régulation, Think tank, Associations, tous proposent des solutions complémentaires en faveur de la la sobriété numérique et digitale : 

 

 

Le CNNum (Conseil National du Numérique) propose  la feuille de route numérique et environnement, qui repose sur trois chantiers : 
      • Réduire l’empreinte environnementale du numérique en atteignant zéro émission nette sans compensation d’ici 2030 et l’éco-conception de 100% de biens  numériques et services digitaux
      • Mobiliser le potentiel du numérique au service de la transition écologique et solidaire en identifiant les leviers numériques permettant de réduire les émissions de GES grâce au numérique d’ici 2040 et en réconciliant high-tech et low-tech 
      • Accompagner l’ensemble de la société vers un numérique responsable en mettant en place d’ici 2022 une boîte à outils pour parvenir à un numérique sobre et au service de la transition écologique
 
 
Le Shift project (Think Tank qui oeuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone) publie « Déployer la sobriété numérique » et recommande: 
      • D’évaluer systématiquement la pertinence environnementale d’une activité numérique
      • De piloter les systèmes d’information des organisations
      • De développer une politique publique pour piloter les usages numériques 
      • D’organiser une discussion autour de la sobriété numérique

 

Le Cigref et Le Shift Project collabore pour proposer 8 vecteurs clés d’une démarche numérique et digital responsable en entreprise

Le Cigref (Association des grandes entreprises et administrations publiques françaises pour Réussir le numérique) collabore avec le Shift project (Think Tank qui oeuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone) et propose 8 vecteurs clés pour une démarche d’engagement numérique et digital responsable en entreprise à travers son rapport « Sobriété numérique : une démarche d’entreprise responsable  » : 

        • Définir et mettre en place un plan de transformation “Sobriété numérique” pour l’ensemble de l’entreprise
        • Accompagner les usages et développer une politique RH cohérente avec les objectifs de sobriété numérique de l’entreprise
        • Définir une politique interne d’achat responsables qui intègre l’ensemble du cycle de vie
        • Traduire le plan de “sobriété numérique” dans le plan stratégique SI : tout nouveau projet doit intégrer la dimension “sobriété numérique”
        • Prendre en compte la sobriété des services numériques interne à l’entreprise et notamment de l’environnement de travail des collaborateurs
        • Actions et influences de l’entreprise sur ses parties prenantes (fournisseurs, clients finaux)
        • Manager, evaluer et améliorer la consommation énergétique des flux de données dans l’entreprise
        • Moderniser les infrastructures techniques, veiller à l’optimisation et à la sobriété énergétique des data centers, des serveurs, du stockage, des clouds laas, Paas, du transport des données et du réseaux
 
 
L’ARCEP (l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes) présente en cette fin d’année, ses préconisations « Pour un numérique soutenable » et formule 11 propositions autour de 3 axes majeurs :
      • Améliorer la capacité de pilotage de l’empreinte environnementale du numérique par les pouvoirs publics
      • Intégrer l’enjeu environnemental dans les actions de régulation de l’Arcep
      • Développer la Responsabilité Numérique et Digitale des acteurs économiques, acteurs privés, publics et consommateurs

Une politique publique renforcée

 

La sobriété numérique et digitale a fait partie des échanges de la récente Convention Citoyenne pour le Climat et a aussi fait l’objet d’une proposition de Loi “Réduire l’empreinte environnementale du numérique”  présentée par Guillaume Chevrollier, Jean-Michel Houllegatte et Patrick Chaize qui a été adoptée le 16 décembre dernier par la Commission de l’aménagement du Territoire et du Développement Durable pour: 

      • Créer un référentiel général de l’éco-conception des sites web
      • Lutter contre « l’obsolescence marketing » des smartphones
      • Réduire les impacts environnementaux associés à la fabrication et à l’utilisation des box par les opérateurs

 

 

 

 

Ces prises de consciences font peu à peu évoluer le paysage numérique et digital pour en faire des outils de création de valeurs durables, plus respectueux de l’environnement et plus éthique envers la société. L’année 2021 promet donc de nouveaux challenges en matière de Responsabilité digitale aux acteurs qui sont au cœur de cette transformation responsable

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN : 

Sources : 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.